Patience et courage

Nous voilà plongés dans une situation bien inédite.

Exceptionnellement, nous n’avons « qu’une seule note à vous dire » : patience, c’est juste un report des cours de musique.

Je voudrais saluer ici le magnifique élan de fraternité qui commence à s’organiser : les courses, les infos sur les précautions à prendre, les nouvelles par téléphone : beaucoup d’entre nous sont physiquement isolés, certes. Mais moralement, pas du tout. Bien au contraire.

Et après la crise ?

Nous avons seulement dans l’idée que la musique est innée en l’homme, que l’homme de Néandertal montait déjà la gamme de Do Majeur dans la même logique interne que nous le faisons aujourd’hui. Qu’il a chanté avant de parler. Nous persistons à penser que les seuls vestiges qui survivent à toutes les crises, à toutes les guerres, à toutes les invasions, à  tous les chocs culturels, sont de nature artistique.

Un énorme bonheur nous vient de nos amis italiens. Pas du tout remis du malheur qui vient de les frapper, ils nous font cadeau de leur premier réflexe  : il se mettent au balcon, sortent leurs instruments de musique et ils chantent ! Les voisins appellent les voisins, ils se répondent entre eux dans un joyeux tintamarre. Vive l’Italie, vive la musique, vive la vie !

La musique vivra aussi longtemps que l’humanité aura sa place sur notre planète.

Des nouvelles très vite, dès que nous pourrons prétendre vous annoncer quelque chose de certain.